DÉFINITION

Une gynécomastie est définie par une augmentation du volume de la glande mammaire chez l’homme. Elle correspond à une hyperplasie uni- ou bilatérale.Dans certains cas elle peut être en rapport avec une production hormonale anormale, ou liée à la prise de certains médicaments. Une mammographie ou une échographie peut être demandée afin d’analyser la densité de la glande.

L’augmentation du volume mammaire chez l’homme, notamment en période d’adolescence, est souvent mal vécue et peut poser de nombreux problèmes psychologiques.

Lors-qu’aucune cause n’a été retrouvée et si le patient est gêné, une intervention chirurgicale peut être proposée. On appelle ce type d’intervention une « cure de gynécomastie ».

PRINCIPES DE L’INTERVENTION

Le but de la chirurgie correctrice est de rétablir au mieux l’anatomie normale avec pour principes de :

  • réduire le volume mammaire par exérèse chirurgicale directe pour les formes glandulaires, ou par lipoaspiration pour les formes graisseuses. Dans les cas de formes mixtes, le chirurgien doit alors combiner les deux techniques,
  • diminuer l’excédent cutané : généralement, la diminution du volume glandulaire va permettre la rétraction cutanée. Cette rétraction cutanée est favorisée par la lipoaspiration. Certains gestes post-opératoires comme les massages pourront aider la rétraction cutanée.

Dans certains cas, lorsque l’excédent cutané est trop important, plastie de réduction cutanée peut être réalisée.

Le bilan à la recherche d’une cause à la gynécomastie est systématique . Chez les hommes obèses ou en surpoids, un régime associé à des exercices physiques sont instaurés peuvent faire régresser ou même faire disparaître la gynécomastie (adipomastie).

Un bilan pré-opératoire habituel est réalisé conformément aux prescriptions. Le médecin anesthésiste sera vu en consultation avant l’intervention.

Aucun médicament contenant de l’aspirine ou des anti-inflmmatoires ne devront être pris dans les dix jours précédant l’opération.

L’arrêt du tabac est recommandé.

TYPE D’ANESTHÉSIE ET MODALITÉS D’HOSPITALISATION

Type d’anesthésie : il s’agit le plus souvent d’une anesthésie générale classique, durant laquelle vous dormez complètement.

Modalités d’hospitalisation : l’intervention nécessite habituellement un séjour de 4 nuits.

L’INTERVENTION

Dans l’intervention type, une incision est réalisée au bord inférieur de l’aréole. Le chirurgien peut enlever la glande mammaire et la graisse en trop. Souvent, le chirurgien peut pratiquer une lipoaspiration à la périphérie de l’excès glandulaire afin d’harmoniser l’ensemble. En cas de gynécomastie à prédominance graisseuse, l’exérèse peut se faire parfois par lipoaspiration seule.

Lorsque la gynécomastie et l’excès de peau sont très importants, le chirurgien peut être amené à faire des cicatrices plus longues et donc plus visibles.

Enfin d’intervention, un pansement « modelant » est réalisé, souvent avec un bandage élastique.

APRÈS L’INTERVENTION : LES SUITES OPÉRATOIRES

Un traitement antalgique, adapté à l’intensité des douleurs sera prescrit pendant quelques jours. Œdème (gonflement), ecchymoses (bleus) et gêne à l’élévation des bras sont fréquents les premiers temps.

Souvent, le pansement initial est compressif, puis, rapidement, un pansement plus léger est associé à un gilet de contention à porter jour et nuit pendant un certain temps. Cette contention aide à la rétraction cutanée et favorise une cicatrisation uniforme.

La durée totale d’arrêt de travail varie de cinq à vingt et un jour. Il est conseillé d’attendre un à deux mois avant de reprendre une activité sportive.

LE RESULTAT

Cependant, un délai de deux à trois mois est nécessaire pour apprécier le résultat définitif.

La diminution du volume mammaire apporte un confort physique, notamment lors de l’habillement. Enfi le résultat est souvent très bénéfique sur le plan psychologique.