DÉFINITION,

L’hypoplasie mammaire est définie par un volume de seins insuffisamment développés par rapport à la morphologie de la patiente. Elle peut être la conséquence d’un développement insuffisant de la glande à la puberté, ou apparaître secondairement par perte du volume glandulaire (grossesse, amaigrissement, perturbations hormonales…). Le manque de volume peut aussi être associé à une ptôse (poitrine « tombante » avec affaissement de la glande, distension de la peau et aréoles trop basses).

L’intervention peut se pratiquer à tout âge à partir de 18 ans.

LES IMPLANTS PRÉREMPLIS DE GEL DE SILICONE DE NOUVELLE GÉNÉRATION

La grande majorité des prothèses actuellement posées en France et dans le monde sont pré-remplies de gel de silicone.

Ils sont composés de gel de silicone souple, entouré d’une enveloppe étanche, solide et élastique en élastomère de silicone qui peut être lisse ou texturée (rugueuse).

À côté des classiques prothèses rondes sont apparus des implants «anatomiques » profiés en forme de goutte d’eau, plus ou moins hauts, larges ou projetés. Cette grande diversité de formes, associée à un large choix de volumes, permet d’optimiser et d’adapter le choix, presque « sur mesure », des prothèses en fonction de la morphologie de la patiente et de ses attentes personnelles.

AVANT L’INTERVENTION

  • Un bilan sanguin préopératoire sera réalisé.
  • Le médecin anesthésiste sera vu en consultation avant l’intervention.
  • Un bilan radiologique du sein est prescrit (mammographie, échographie).
  • L’arrêt du tabac est vivement recommandé.
  • Aucun médicament contenant de l’aspirine ne devra être pris dans les dix jours précédant l’opération.

TYPE D’ANESTHÉSIE ET MODALITÉS D’HOSPITALISATION

Type d’anesthésie : Il s’agit le plus souvent d’une anesthésie générale classique, durant laquelle vous dormez complètement.

Modalités d’hospitalisation : L’intervention justifie habituellement un séjour de 4 nuits.

L’INTERVENTION

Incisions cutanées : Il existe plusieurs « voies d’abord » possibles :

  • voies aréolaires, avec incision dans le segment inférieur de la circonférence de l’aréole
  • voie axillaire, avec incision sous le bras, dans l’aisselle (3) ;
  • voie sous-mammaire, avec incision placée dans le sillon situé sous le sein (4).

Mise en place des prothèses

Deux positionnements sont possibles :

  • pré-musculaire, où les prothèses sont placées directement derrière la glande, en avant des muscles pectoraux ;
  • rétro-musculaire, où les prothèses sont placées plus profondément, en arrière des muscles pectoraux.

Le choix entre ces deux emplacements, avec leurs avantages et inconvénients respectifs, aura été discuté avec votre chirurgien.

APRÈS L’INTERVENTION : LES SUITES OPÉRATOIRES

Les suites opératoires peuvent parfois être douloureuses les premiers jours, notamment lorsque les implants sont de gros volume et surtout s’ils sont placés derrière les muscles. Un traitement antalgique, adapté à l’intensité des douleurs, sera prescrit pendant quelques jours.

Œdème (gonflement), ecchymoses (bleus) et gêne à l’élévation des bras sont fréquents les premiers temps. Le premier pansement est retiré après quelques jours. Il est alors remplacé par un pansement plus léger.

Un soutien-gorge pourra alors être recommandé nuit et jour pendant quelques semaines.

Il convient d’envisager une convalescence avec interruption d’activité d’une durée de cinq à dix jours. Il est conseillé d’attendre un à deux mois pour reprendre une activité sportive.

LE RÉSULTAT

Un délai de deux à trois mois est nécessaire pour apprécier le résultat défiitif. C’est le temps nécessaire pour que les seins aient retrouvé toute leur souplesse et que les prothèses se soient stabilisées.

QUESTIONS DIVERSES

Grossesse/allaitement :

Après une mise en place de prothèses mammaires, une grossesse est envisageable sans aucun danger, ni pour la patiente ni pour l’enfant mais il est recommandé d’attendre au moins six mois après l’intervention. Pour ce qui concerne l’allaitement, il n’est pas non plus dangereux et reste possible dans la plupart des cas.

Durée de vie des implants

Il faut note que les implants de nouvelle génération ont fait de gros progrès en terme de résistance et de fibilité. A partir de la dixième année, il faudra se poser la question du changement de prothèses si apparaît une modification de consistance.

Surveillance

Il est essentiel de se soumettre aux visites de contrôle prévues par votre chirurgien dans les semaines puis les mois qui suivent l’implantation.

Une consultation de surveillance, spécifiue aux implants, auprès de votre chirurgien plasticien est conseillée tous les deux à trois ans.